Road trip au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Réserve faunique d’Ashuapmushuan

C’est par une bouffée d’air pur et une pause détente que nous avons débuté notre séjour dans cette belle région. Sur les terres de la réserve faunique d’Ashuapmushuan, territoire de liberté et de nature vierge où le temps a peu d’emprise, au Royaume du Saguenay Lac-Saint-Jean… Le milieu naturel de la réserve ne comprend pas moins de 1200 lacs :  un véritable paradis pour les pêcheurs !

Saint-Félicien

Saint-Félicien est connu pour son zoo, mais offre beaucoup plus que cela. C’est une jolie petite ville située sur les rives des impressionnantes rivières Ashuapmushuan, dont le nom ilnu signifie « là où on guette l’orignal », Mistassini et Ticouapé où il fait bon flâner et profiter de la vie, comme on dit.

Une belle balade au parc de la Chute-à-Michel permet d’admirer les pêcheurs à la mouche titillant l’ouananiche, poisson typique de la région, mais de plus en plus rare.

Dolbeau-Mistassini

Pause gourmande pour les dents sucrées !

La Chocolaterie des Pères-Trappistes de Mistassini

Pour la petite histoire, à l’origine, c’est grâce à une initiative de groupe de citoyens de Dolbeau que tout a commencé. Plusieurs comités ont œuvré à développer l’économie dont un, une confiserie ! Mais en raison de la guerre, en 1941 l’entreprise doit mettre la clef sous la porte. En 1944, les Trappistes rachètent les équipements et l’aventure gourmande commence. Visitez les lieux pour faire provisions de sucreries et de cadeaux pour les amis, pour en apprendre davantage sur la chocolaterie à l’économusée, mais aussi pour sentir le calme et la sérénité des lieux, allez jusqu’au petit cimetière, au bout du parc.

Chez le Gros Bleuet

Avec la décoration tape-à-l’oeil du terrain, impossible de manquer la maison « Le Gros Bleuet »! C’est Jacinthe qui nous accueille chaleureusement dans sa cuisine où elle confectionne ses excellents produits maisons. Vous voulez goûter une vraie tarte aux bleuets maison, des carrés aux bleuets, un gâteau au fromage aux bleuets ou un pouding aux bleuets? Alors, rendez visite à Jacinthe qui vous accueillera avec son sourire unique dans une maison qui embaume la pâtisserie! Une adresse à ne pas manquer pour les dents sucrées ! 

Sainte-Jeanne-D ’Arc

Quel joli et pittoresque village ! Son vieux moulin et le pont couvert sont les attractions de Sainte-Jeanne D’Arc. 

Le Vieux Moulin, situé au cœur du village, là où se rencontrent la Petite rivière Péribonka et la rivière Noire, a été construit en 1902. Ce  dernier a joué un rôle essentiel dans le développement de la localité par ses multiples fonctions. À l’époque, près de deux cents moulins semblables étaient en fonction dans la région. 

Un peu plus excentré du village, on accède par une petite route de gravelle au vieux pont couvert, le Pont Rouge.

Construit en 1936, il mesure 24.6 mètres de long, 6.27 mètres de largeur et 3.73 mètres de hauteur. Il possède une charpente de type « Town élaboré ».  Pour le bonheur de tous et surtout des photographes, il fut complètement restauré en 2013.

Val-Jalbert

Très honnêtement, c’est un peu sceptiques que nous allions visiter le Village de Val-Jalbert. Nous craignions de trouver un village surfait, très ou trop touristique, un peu à la Disneyland… Eh bien, préjugés infirmés ! Ce lieu reconnu est véritablement une destination découverte qui se doit d’être visitée. Au-delà de l’aspect un peu cliché du village fantôme, on y apprend énormément sur le patrimoine de l’industrie de papier, de l’histoire du village et de ses habitants. Le site est magnifique, les chutes et canyons de toute beauté. L’animation omniprésente est très bien faite et le spectacle son et lumières dans la pulperie est vraiment très instructif et esthétiquement réussi. Assurément, cela plaira aux petits comme aux grands !

Parc national de la Pointe-Taillon

Voilà un havre de paix sur les bords du lac Saint-Jean. Sur le site du Parc national de la Pointe-Taillon, géré par la Sepaq, on ne se déplace qu’à pied ou en vélo. Le site s’impose comme la destination parfaite pour les baigneurs, les amateurs de sports nautiques, les amoureux de la flore et les cyclistes. En effet, faisant partie intégrante de la Véloroute des Bleuets, la piste cyclable du parc a un relief plat et s’avère facile pour toute la famille.

Incontournable, ceinturant le parc, la plage de 15 kilomètres offre une fenêtre unique sur le lac Saint-Jean.

Parc national des Monts Valin

Quel site magnifique pour les amateurs de randonnées et de panoramas. 

Du haut de ses 984 m, le parc national des Monts-Valin domine le paysage de la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. La pêche à l’omble de fontaine et le canotage se pratiquent dans une multitude de lacs et de rivières du parc. En plus du canot, le surf à pagaie est une activité originale pour sillonner les méandres de la rivière Valin.  Il nous faudra revenir en hiver, car l’enneigement exceptionnel transforme le parc en vallée des Fantômes où faire de la raquette semble juste sublime !

Mashteuiatsh

À l’origine, le territoire du Saguenay- Lac-Saint- Jean était peuplé par les Pekuakamiulnuatsh, seuls communauté autochtone implantée dans la région. Mashteuiatsh – qui signifie « Là où il y a une pointe » – a toujours été un point de ralliement et de rencontre exceptionnel. Les Pekuakamiulnuatsh habitent depuis des millénaires un vaste territoire qui s’étend au-delà des bassins versants du Pekuakami, lac Saint-Jean en ilnu, langue de la communauté. Depuis 1985, la communauté porte le nom de Mashteuiatsh, longtemps connue sous le nom de Pointe-Bleue. Elle se nommait autrefois Ouiatchouan.

Nous y avons découvert le magnifique Musée amérindien de Mashteuiatsh. Extraordinaire, ce musée nous renseigne efficacement et de manière vivante sur le mode de vie traditionnel des Ilnus et nous fait comprendre les traits essentiels de leur culture passée et présente. Le Musée amérindien transmet depuis 1977 l’histoire et la culture des Pekuakamiulnuatsh (Ilnus du Lac-Saint-Jean). Il compte même un jardin extérieur où l’on peut se familiariser avec les arbres et plantes de la forêt boréale jouant un rôle dans la culture ilnue. Le design du musée et la qualité de ses expositions n’a rien à envier à ce que l’on peut voir dans toute grande ville du monde. Soulignons également que des jeunes de la communauté y travaillent et répondent avec compétence à toutes nos questions. Une visite s’impose lors de votre passage dans la région.

Ville de Saguenay

Saguenay, déformation du montagnais saki-nip qui signifie « eau qui sort » ou « source de l’eau », est une ville qui a réussi à allier plein air, urbanité et modernité. Résultant d’une fusion municipale en 2002, elle comprend aujourd’hui les arrondissements de Chicoutimi, de Jonquière et de La Baie, ainsi que les secteurs de Laterrière, Shipshaw, Lac-Kénogami et Canton Tremblay. Ce grand territoire en fait la 7e plus grande ville du Québec.

À voir dans la ville : le Musée de la Pulperie et « L’arbre de l’appartenance » ou près de 300 participants de la région du Saguenay Lac Saint-Jean ont collaboré avec l’artiste Myriam Morin. Le tronc symbolise le territoire régional, l’espace partagé. Ses racines représentent l’histoire, le passé, l’héritage. Ses feuilles illustrent l’appartenance des gens à leur territoire : les valeurs, les espoirs, les éléments de leur histoire et de leur vie en région qu’ils souhaitent perpétuer, transmettre et garder vivants.

En juillet 1996, un déluge frappe la ville de Saguenay et de nombreux édifices finissent engloutis sous les eaux torrentielles. Seule une maison résiste : La Petite Maison Blanche. Aujourd’hui, devenue musée, la petite maison blanche de Saguenay symbolise le courage, la ténacité et la détermination de la population de Chicoutimi et des environs. Au fil des ans, le musée est devenu une attraction incontournable pour les gens de la région et les touristes. 

Arrondissement La Baie : nous avons découvert le sentier Eucher de La Baie, à L’Anse-à-Benjamin.
Celui-ci, situé en bordure du Fjord, débute à la marina de La Baie. Au début du sentier, on découvre les vestiges des écorceurs, un incinérateur à écorce et un site de fondations de pierre. Le sentier monte au sommet des caps, offrant une vue sur la baie des Ha! Ha! MAGNIFIQUE! Le point de vue à la Croix du centenaire érigée en 1938 est WOW ! 
Le sentier se termine à l’Anse à Poulette.

Un petit arrêt à faire également chez cette artiste, désigner et créatrice, de l’atelier boutique « De moi à moi ». Mélanie Morin crée sous nos yeux des accessoires mode et linges de maison, dessinés, peints et imprimés à la main. Très joli ! Et quel bel endroit pour venir chercher un petit cadeau pour soi ou pour les autres.

Une curiosité, l’intrigante pyramide des Ha ! Ha !

Érigée, en souvenir des inondations de 1996, la pyramide des Ha ! Ha ! est composée de 3 000 panneaux de signalisation « cédez le passage ». Du haut de ses 21 mètres, elle offre une vue imprenable sur la baie des Ha ! Ha !

Plus qu’une ville et une région, le Saguenay est avant tout une rivière puissante et profonde ainsi qu’un fjord d’une beauté exceptionnelle. Majestueuse, impressionnante, cette gigantesque vallée glaciaire court sur plus de 126 km. Ses murailles de roc de plus de 350 mètres de hauteur forment les rives de l’un des dix plus longs fjords au monde. Il est l’unique fjord habité en Amérique du nord et certains villages qui le bordent portent le label de l’Association des plus beaux villages du Québec. C’est un site incomparable et éblouissant de beauté.  

Anse Saint-Jean

Village portant le label de l’Association des plus beaux villages du Québec, L’Anse-Saint-Jean est lové entre les montagnes et le fjord. La beauté du fjord à l’Anse-de-Tabatière porte à la contemplation. Ce village recèle des trésors architecturaux, dont le fameux pont couvert, datant de 1929, également galerie d’art. Ne manquez pas d’admirer les œuvres d’artistes québécois qui le décorent

On retrouvait ce pont sur les billets de 1000$ de 1954 à 1992 ! La Banque du Canada avait émis un billet rose de 1 000$ à l’endos duquel apparaissait un paysage de L’Anse-Saint-Jean. Ce dessin montrait en autres le Saguenay, l’ilot et la rivière Saint-Jean, le cap de l’Anse de Tabatière et le pont couvert du Faubourg. La vue imprimée sur le billet est visible depuis le belvédère du Mille.

Petit Saguenay

Traversez le petit village entouré de montagnes et allez jusqu’au quai de Petit-Saguenay quelques kilomètres plus loin pour admirer le fjord et la vue impressionnante. Le lieu idéal pour une pause. On peut même y pêcher le saumon. 

Et pour vous faire saliver encore plus voici, nos coins gourmands… découverts sur la route !

Miel des Ruisseaux – Alma

Pour découvrir le monde merveilleux des abeilles et de ces délicieux produits, un arrêt s’impose au Miel des Ruisseaux. La visite virtuelle permet d’entrer au cœur d’une ruche et de découvrir la vie fascinante de ces petites bestioles. 

Microbrasserie du Lac Saint-Jean – Saint-Gédéon

Première micro-brasserie du Lac Saint-Jean, sur la Véloroute des Bleuets, le lieu est aussi un bistro sympa où, en accord avec leurs bières, les plats témoignent d’un savoir-faire culinaire et de la richesse du terroir régional.  Il est même possible de visiter les installations brassicoles de la microbrasserie du Lac-Saint-Jean, durant la période estivale, incluant une palette de dégustation, tous les dimanches dès 11 h 30.

Fromagerie Médard – Saint-Gédéon

C’est une histoire de famille sur six générations, une institution, un élément incontournable du patrimoine de la région. La fromagerie Médard est ouverte depuis 2005. Ici, on utilise exclusivement le lait d’un troupeau de vaches Suisse Brune pour la fabrication fromagère. Du mois d’avril au mois d’octobre, les vaches vont aux pâturages alors qu’elles sont nourries au foin sec l’hiver. Le bonheur est dans le pré !

Chocolaterie Kao – Anse Saint-Jean

KAO Chocolat crée des chocolats fins fabriqués de manière artisanale. Tous les ingrédients utilisés pour la confection de ces confiseries sont d’une grande qualité, aux saveurs uniques, parfois étonnantes mais toujours délicieuses. Notre coup de coeur, le chocolat à la cardamome. Pour le plaisir des yeux et des papilles !

Alors n’attendez plus et partez à la découverte de cette belle région. Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter le site de tourisme du Lac-Saint-Jean

Belles découvertes !

Road trip sur la 132

C’est en quittant Berthier-sur-Mer, près de Québec que nous avons décidé d’emprunter la Route des Navigateurs, communément appelée la « 132 », pour se diriger vers la Gaspésie. Le trajet de la Route des Navigateurs s’étend en fait sur 470 kilomètres le long du fleuve Saint-Laurent et traverse 3 régions : Centre-du-Québec, Chaudière-Appalaches et le Bas-Saint-Laurent

Nous avons appris en suivant les petits panneaux parsemés le long de la route et du fleuve Saint-Laurent, que celle-ci est dédiée aux marins qui ont marqué l’histoire de la région. En effet, notre histoire comme celle de l’Amérique en générale, est étroitement liée à celle des navigateurs, de ces découvreurs explorateurs, tel Jacques Cartier, qui ont traversé les océans et, avant cela même, aux peuples qui ont, longtemps avant lui, navigué sur les eaux du fleuve Saint-Laurent.

Véritable voyage dans la mémoire et le patrimoine maritime du Québec, de Baie-du-Febvre, dans le Centre-du-Québec à Sainte-Luce, au Bas-Saint-Laurent. C’est un road trip à travers le temps, aux parfums d’embrun que nous vous proposons.

La pittoresque Route des Navigateurs permet une découverte du fleuve, du patrimoine maritime et historique du Québec sans pareil. On peut y admirer certains des plus beaux villages du Québec où musées, manoirs et demeures ancestrales témoignent de plus de trois siècles d’histoire. Nous avons été charmés par Saint-Jean-Port-Joli, L’Islet, et sommes tombés en amour avec Kamouraska. Cacouna et Notre-Dame du Portage sauront aussi vous séduire à coup sûr !

Voici nos coups de cœur, nos suggestions de visite* le long de cette route historique où le fleuve Saint-Laurent est à l’honneur.

Chaudière-Appalaches 

L’ISLE-AUX-GRUES

Un pur plaisir que de se balader à vélo sur l’Isle-aux-Grues. Il est même possible, pour les amateurs de marche de se rendre au village depuis le traversier, à pied. L’île est réputée pour ses fromages que nous avons dégusté sur le continent. Le Bateau Ivre offre en saison des expositions. 

En parcourant l’île, on comprend bien pourquoi Jean-Paul Riopelle y a vécu de nombreuses années. Un paradis marin coincé au milieu du fleuve Saint-Laurent à distance égale des deux rives. L’Isle- aux-Grues, une expérience authentique. 

Pour s’y rendre, un traversier gratuit offre deux départs de Montmagny par jour. Il est impossible de camper sur l’île actuellement, l’unique camping municipal y est encore fermé. 

L’ISLET

Ne serait-ce que pour admirer la superbe église qui trône au milieu du village avec sa vue à couper le souffle sur le fleuve, un arrêt à l’Islet s’impose. En continuant sur la même route, vous pourrez voir le musée maritime du Québec. Même si ce dernier est encore fermé. Une pause dans les jardins du musée permet de voir des navires imposants et cela fait de jolies photos.

MUSÉE MARITIME DU QUÉBEC – CAPITAINE J.E. BERNIER

Musée maritime du Québec, Capitaine J.E. Bernier
55, chemin des Pionniers Est, L’Islet

SAINT-JEAN-PORT-JOLI

En poursuivant toujours sur la 132, il est impossible de ne pas faire un arrêt à Saint-Jean-Port-Joli. Vous manqueriez quelque chose.  En effet, ce joli village en bordure du Saint-Laurent est reconnu pour son expertise en sculpture sur bois et en métier d’art. Le Parc des Trois Bérets offre d’ailleurs, une exposition de sculpture de bois magnifique.  De là, empruntez la promenade menant à la marina jusqu’au quai. Celle-ci permet, grâce aux nombreux panneaux informatifs d’en apprendre beaucoup sur le fleuve et le patrimoine du village.

Un musée encore trop méconnu, et qui passe presque inaperçu, se trouve à l’entrée de Saint-Jean-Port Joli.  Le musée de la Mémoire Vivante, dont les jardins se rendent jusqu’au fleuve, est la reconstruction du manoir des Aubert de Gaspé. 

Musée de la mémoire vivante
710, av De Gaspé Ouest, Saint-Jean-Port-Joli  

Bas-Saint-Laurent 

KAMOURASKA 

Un coup de foudre, un coup de cœur pour Kamouraska. Un des plus beaux villages du Québec. Une carte postale du Québec dont les eaux du fleuve se transforment, à la tombée du jour, en un tapis de paillettes argentées offrant des couchers de soleil uniques. Une balade le long de l’Avenue Morel est un moment de pur plaisir. Les coquettes maisons colorées et les commerces de produits locaux rehaussent son côté pittoresque.

Le seul hic que nous y trouvons. Kamouraska n’est pas un village très accueillant pour les vans ou VR. Toutes les rues aux abords du fleuve arborent un panneau d’interdiction pour les véhicules récréatifs, sous peine d’amande. Sans doute, y a-t-il eu des abus … dommage!

Pour en savoir plus sur Kamouraska, lire l’article de Cendrine : « Kamouraska, bonnes adresses pour une visite de ce village pittoresque »

L’ARCHIPEL DE L’ÎLE DU POT-À-L’EAU-DE-VIE

Un trésor peu connu du Bas-Saint-Laurent, c’est l’archipel des trois îles du Pot-à-l’Eau-de-vie, regroupant le Gros Pot, le Petit Pot et le Pot du Phare. En partant de Rivière-du-Loup, le bateau de croisière, géré par la compagnie Duvetnor offre soit des excursions d’un jour ou vous dépose sur l’île du Pot-du-Phare pour y passer une nuitée ou deux. Même si nous n’y sommes pas rendus cette fois-ci, étant donné le contexte, nous avons déjà eu la chance de passer une fin de semaine sur cette île et de dormir dans son phare! Nous avons adoré l’expérience. 

Un havre de paix puisque l’île est une réserve nationale de faune des îles de l’Estuaire ou les oies viennent se reproduire et se reposer en toute quiétude et à l’abri des chasseurs. 

LE PARC NATIONAL DU BIC – SEPAQ

Juste magnifique. Ce parc de la Sepaq est un trésor pour tous les amoureux de plein-air. Juste avant Rimouski, nous nous sommes offert une pause de trois jours dans ce lieu où Dame Nature nous présente ses plus beaux atouts. La Baie des cochons, la Baie des Ha, ha, les sentiers de randonnées et les vues panoramiques sont sublimes.

Découvrir ce site à pied ou à vélo, en amoureux, en solo ou en famille. Une foule d’activités sont offertes au Parc national du Bic. 

SITE HISTORIQUE MARITIME DE LA POINTE-AU-PÈRE

Le phare de Pointe-au-Père, lieu historique national du Canada, serait un des plus hauts phares du Canada avec ses 128 marches. 

Site historique maritime de la Pointe-au-Père
1000, rue du Phare, Rimouski

SOUS-MARIN ONONDAGA

70 hommes d’équipage vivaient autrefois dans ce mastodonte de 90 mètres. En temps normal, on peut le visiter et même vivre l’expérience d’une nuit à bord !

Sous-marin Onondaga
1000, rue du Phare, Rimouski

Et voilà, la route des Navigateurs se termine à Sainte-Luce, dans le Bas-Saint-Laurent… et nous nous poursuivons notre route vers la Gaspésie.

Bonne route, belles découvertes sur la Route des Navigateurs !

Source : route des Nagivateurs

*Cet article, étant rédigé dans le contexte de la COVID 19, les musées en référence n’ont pu être visités.