Île-du-Prince-Édouard, les incontournables 

Epekwitk, Isle Saint-Jean ou, aujourd’hui, Île-du-Prince-Édouard, c’est une terre riche en histoire et beautés naturelles que j’ai découverte avec bonheur.

Île_du_Prince_Édouard_mes_incontournables

C’est certes la plus petite province du Canada, mais assurément une des plus belles, car l’Île-du-Prince-Édouard, région majestueuse au superbe décor naturel saura vous en mettre plein la vue. 

Avec sa terre rouge feu, ses plages de sable fin, ses photogéniques phares et pittoresques villages entourés des champs colorés à perte de vue, cette province maritime offre assurément des panoramas côtiers parmi les plus spectaculaires au monde. Si les gens sont d’abord attirés par la beauté des paysages exceptionnels et les plages, l’Île-du-Prince-Édouard est un havre de paix enchanteur. Dans cet écrin naturel fragile, on prend le temps de vivre au gré des marées et du vent qui souffle. Entre mer et terre, on y observe toute la grandeur et la puissance de Mère Nature.

Pour votre prochaine visite, je suis heureuse de vous faire connaître mes endroits chouchous de l’île, comme les Prince-Édouardiens aiment affectueusement la nommer ou « PEI » pour les intimes.

Le pont de la Confédération

Porte d’entrée de cette belle insulaire, le pont de la Confédération permet aux visiteurs d’accéder par la route à ce petit paradis depuis 1997. Aujourd’hui, avec ses 12,9 kilomètres, le pont de la Confédération, véritable chef-d’œuvre d’ingénierie, est le plus long pont au monde à surplomber des eaux qui se couvrent de glace en hiver.

Île_du_Prince_Édouard_mes_incontournables

Pour information, le vent souffle parfois très fort à tel point que, lors de mon départ de l’île, la Licorne noire, notre van, a dû attendre que les bourrasques se calment pour s’engager sur le pont. Mais il y a pire que de patienter sur l’île… Une bonne chose à savoir, étonnamment, le péage du pont est perçu seulement au départ de l’île. Pour les tarifs, veuillez consulter le site officiel du Pont de la Confédération, ici. Il existe deux autres moyens pour accéder à l’Île-du-Prince-Édouard : via un traversier au départ de Caribou en Nouvelle-Écosse ou par la voie des airs, via l’aéroport de Charlottetown. Enfin, encore à ce jour, attendez-vous à passer un test COVID à l’entrée de l’île. Si vous ne recevez pas d’appel durant les trois heures suivantes, c’est que tout va bien ! Alors, bonne visite et belles découvertes !

Charlottetown

Petite capitale au grand cœur, Charlottetown, nommée en l’honneur de la reine Charlotte, épouse du roi George III, vous charmera par ses bâtiments colorés, ses édifices de pierre rouge, sa marina et ses rues piétonnes.

Un brin d’histoire : la belle cité est considérée comme le berceau de la Confédération.  En effet, en 1864, un petit groupe d’élus réunis à Charlottetown discutèrent de la possibilité d’unir les trois territoires des Maritimes. Certains représentants osèrent aller plus loin en avançant l’idée d’une union encore plus large afin de créer un nouveau pays : le Canada ! 

Rustico : sur les traces des ancêtres acadiens

Une touche d’Acadie sur l’Île-du-Prince-Édouard … En effet, bien que les Acadiens soient très nombreux au Nouveau-Brunswick, leur présence à l’Île-du-Prince-Édouard fut réelle et bien établie. Les premières familles acadiennes s’installèrent sur l’Île dès 1720, à l’époque où elle était une colonie française appelée île Saint-Jean. Aujourd’hui, quelques petits villages témoignent encore de ce passé acadien, comme Rustico, où trône toujours la plus ancienne église catholique de l’Île-du-Prince-Édouard, construite en 1838.

LA BANQUE DES FERMIERS DE RUSTICO : En opération de 1864 à 1894, la Banque des fermiers de Rustico, magnifique immeuble en grès rouge, était une banque dite du peuple, une institution acadienne qui a joué un rôle important dans l’établissement des « Caisses populaires » au Québec.

LA MAISON DOUCET : La maison Doucet, demeure ancestrale acadienne complètement restaurée, sans doute la plus ancienne de la province, contient de nombreux artefacts et ameublements antiques. Elle est ouverte aux visiteurs, de juillet à septembre, et sur rendez-vous hors de cette période. 

Port de pêche de Rustico

Ce petit port de pêche a tout de la parfaite carte postale. Les cabanes colorées, les cages pour la pêche aux homards, les filets et les bouées offrent le décor idéal à la passionnée de photo que je suis. Je vous recommande d’assister au coucher de soleil dans cette petite baie… simplement magnifique !

Île_du_Prince_Édouard_mes_incontournables

Parc national de l’Île-du-Prince-Édouard

Situé le long de la côte nord, ce parc fut créé en 1937 afin de préserver l’écosystème unique de cette partie du globe. Chacun a son petit coin préféré, moi, j’ai eu coup de cœur pour les dunes de Cavendish, mais surtout pour ces falaises de grès rouge.  

Le parc national de l’Île-du-Prince-Édouard est l’endroit idéal pour explorer, admirer, relaxer. Quel bonheur de marcher dans le sable au son des vagues ! Ressourçant …

Le site patrimonial Green Gables

Pour beaucoup, l’Île-du-Prince-Édouard évoque immédiatement Anne et sa maison aux pignons verts, Green Gables. Il me fallait donc, comme tout bon visiteur de la province, aller découvrir le site patrimonial Green Gables. Et tout comme moi, même si vous n’avez pas lu le livre, l’endroit mérite la visite pour justement découvrir une importante tranche d’histoire de cette île enchanteresse.

Port de pêche de Victoria

C’est par hasard, en roulant au gré du vent et en empruntant les petites routes secondaires, que je suis tombée sur un pittoresque village de pêche historique : Victoria-by-the-Sea. Certes, bien tranquille et très calme à cette période de l’année, il n’en demeure pas moins que le lieu offre une vue magnifique, un très beau phare et de jolies maisonnettes aux couleurs chatoyantes. C’est juste wow !

Selon les ouï-dire, il paraîtrait qu’il faut absolument se régaler avec une délicieuse guédille au homard de The Lobster Barn. Je devrai donc revenir ! Cette « grange aux homards » est un secret bien gardé, à l’abri des routes principales, sur la côte sud de l’Île-du-Prince-Édouard, un coin à visiter tout en douceur.

Le phare de West Point

Je gardais le meilleur pour la fin, car le phare de West Point est mon site chouchou sur l’Île-du-Prince-Édouard. C’est par une journée tourmentée et tempétueuse, alors que je devais attendre que le vent tombe pour quitter l’île, que je me suis dirigée vers ce coin un peu plus éloigné. Et me voilà au bout d’une route, tombant face à face avec ce phare unique ! Érigé en 1875 sur une plage abritée par des dunes, d’un peu plus de 20 mètres, le phare de West Point se démarque par ses rayures noires et blanches et par sa structure carrée.

Actuellement fermé, ce phare fonctionnel est également une auberge. On adore les hébergements insolites. Celui-ci offre assurément une vue inégalée sur le détroit de Northumberland pour les chanceux qui y réserveront une chambre.

L’île du Prince-Édouard, c’est tout ça : une nature sublime, un art de vivre, une culture, un patrimoine appréciable et une délicieuse table du terroir aux saveurs océanes.

Et pour encore plus de suggestions, n’hésitez pas à consulter le site de tourisme de l’Île-du-Prince-Édouard.

Laisser un commentaire