L’Île d’Orléans, petits trésors, bonnes adresses !

Parfois tout est à portée de mains…  

Alanguie au milieu du Saint-Laurent depuis la nuit des temps, fendant le fleuve en deux comme un silex, la tête dodelinant entre Lévis et Québec, les pieds blottis contre le majestueux Mont Saint-Anne, l’île Ouindigo (« ensorcelée » en langue algonquine), devenue plus tard l’île de Bacchus puis d’Orléans, nous attendait pour nous enjôler une fois de plus avec ses « 42 milles de choses tranquilles ». Vous vous rappelez ce que Félix Leclerc en disait, « L’Île c’est comme Chartres, c’est haut et propre, avec des nefs, avec des arcs, des corridors et des falaises, en février la neige est rose, comme chair de femme, et en juillet le fleuve est tiède, sur les battures »… Et, en mars, pandémie ou non, l’île, toujours aussi calme, entourée d’eaux tumultueuses, bruisse de lames de glace et de tessons de banquises qui se chevauchent et se brisent, annonçant le grand dégel, l’arrivée du printemps. Elle est belle, notre île d’Orléans.

Le temps d’une fin de semaine de l’entre-saison, alors que la neige se fane et que les bourgeons, amassant leurs forces en silence, ne pointent pas encore le bout de leur nez, nous sommes allés à la « RE »découverte de l’Île d’Orléans. Mars, avril, une période parfois délaissée ou malaimée, mais qui offre pourtant beaucoup à voir et à découvrir… En effet, ces mois sont souvent boudés par les visiteurs et les touristes. Pourtant… c’est un moment où l’on sent le frémissement de la vie, le retour du beau temps, les premiers rayons du soleil nous réchauffent et il fait bon se balader sur l’Isle de Bacchus en toute tranquillité. Si Cartier y avait trouvé de la vigne sauvage à son deuxième voyage, en l’an de grâce 1535, nous nous demandions tout de même un peu ce que nous allions y trouver de notre côté en l’an de Pandémie 2021…Et nous ne fûmes point déçus !

L’île d’Orléans, c’est six villages à explorer, six trésors à découvrir. L’île nous accueille doucement, le temps d’une traversée sur le pont qui enjambe le bras nord du fleuve. 

On arrive à Saint-Pierre de l’Île d’Orléans, porte d’entrée, et la 368, une route circulaire de 67 kilomètres, vous fera traverser toutes ces jolies paroisses dont les noms au parfum de vieille France sont toujours aussi évocateurs : Sainte-Pétronille, Saint-Laurent, Saint-Jean, Saint-François et Sainte-Famille. Le paysage naturel de l’île, ses rives escarpées au nord, plus douces au sud, les terres agricoles, prospères, et les maisons et chalets, bien entretenues, cossues pour plusieurs et campées dans un environnement d’une rare beauté, sans oublier l’architecture magnifique de certaines de ses églises construites sous le régime français, en font une destination de choix pour une fin de semaine ou des vacances de rêve.

Sainte-Pétronille de l’Île-d ‘Orléans

Nous avons déposé nos valises au très bel hôtel La Goéliche, à Sainte-Pétronille. Située en bordure du fleuve, sur un site enchanteur, à la pointe ouest de l’île, et prévoyant sa réouverture à la fin avril, l’auberge et restaurant La Goéliche prépare les chambres coquettes et très bien équipées, avec vue directe sur le fleuve. Havre de paix idéal pour une fin de semaine romantique ou pour une bouffée d’air frais en mode télétravail! On y ressent l’âme du fleuve et l’amour de la culture de la propriétaire des lieux. Les boiseries, les toiles et la belle bibliothèque du salon en sont un joli témoignage. Pour les lève-tôt, les levers de soleil sur le fleuve y sont magnifiques. Sachez par ailleurs que les ouï-dire à propos de la table de La Goéliche sont excellents. Nous nous promettons d’aller le vérifier à la première occasion.

Non, loin de là, la Maison Smith de Sainte-Pétronille demeure une excellente adresse pour le petit-déjeuner, le café ou chocolat chaud d’après-midi. On y entre et ça sent bon le café comme à la maison. En effet, la Maison Smith torréfie tous ses cafés sur place. Il est même possible d’assister tous les jours à ce processus de cuisson. On trouve des idées cadeaux et des souvenirs originaux dans la sympathique boutique attenante au Café. 

L’Île d’Orléans, un des berceaux de l’histoire du Québec, c’est bien entendu la terre, le patrimoine, les vignobles, le savoir-faire ancestral de nos agriculteurs, des acériculteurs et des maraichers. Longtemps, l’île fut le grenier de la région de Québec. Aujourd’hui, c’est une destination gourmande où les producteurs locaux nous offrent le meilleur de leurs récoltes, saisons après saisons, et de nouveaux produits implantés avec passion sur ses terres riches. Le versant nord de l’île étant propice à la culture du raisin, de la pomme et des petits fruits, plusieurs entreprises agroalimentaires s’y trouvent, dont des vignobles, des vergers, des cidreries et une liquoristerie de cassis.

Nos adresses gourmandes :

À Saint-Pierre de l’Île-d ‘Orléans

Cassis Mona et Filles 

De père en filles, la tradition se perpétue au sein de la famille Monna. En effet, on y cultive et transforme le cassis, qu’on appelle aussi au Québec « gadelle noire », de façon unique depuis cinq générations. Grâce à Bernard Monna, qui s’installe sur l’île en 1970, ce savoir-faire prend racine au Québec. M. Monna est alors le premier producteur de vins et de crème de cassis dans la province.

Depuis, le domaine a prospéré, s’étalant maintenant sur seize hectares pour une production de plus de cinquante mille bouteilles par année. La longue tradition familiale implantée au Québec par M. Monna se poursuit aujourd’hui grâce à la passion de ses deux filles, Catherine et Anne, qui assurent la relève avec brio. Cassis Mona et Filles propose des produits et des expériences savoureuses, créatives et inspirantes à une clientèle friande d’authenticité.

Cidrerie Verger Bilodeau

Pionnier du cidre orléanais, une belle visite à la cidrerie Verger Bilodeau permet d’en apprendre beaucoup sur la fabrication du cidre et de découvrir de très bons produits à base de pommes, dont le délicieux sirop de pommes, pendant apicole du sirop d’érable. Délicieux avec du yogourt, de la faisselle de la fromagerie « Les fromages de l’Île d’Orléans » ou sur des crêpes. Le goûter, c’est l’adopter !  

La Grange

À la fois vignoble et restaurant, la Grange de l’Île fut une réelle découverte. En opération depuis onze ans, cet établissement est un secret bien gardé, situé à quelques kilomètres du pont, à Saint-Pierre, en retrait de la route principale. Le sympathique propriétaire et son épouse, cheffe en cuisine, offrent une bonne table dans un magnifique décor champêtre. Il faut essayer la fondue maison, une tradition culinaire bien de chez nous et un incontournable de la maison. Le vignoble propose ses premières cuvées avec un vin rouge. « Le Pressé » est un assemblage de Frontenac noir, de marquette et de petite perle. Le vin blanc « La Grappe » est pour sa part un assemblage de Frontenac blanc et d’oscéola muscat. À siroter en admirant le paysage de la terrasse qui se refait une beauté pour vous accueillir très bientôt, juste à côté de la tout aussi nouvelle boutique du vignoble.

À Sainte-Famille de l’Île-d ‘Orléans

On comprend bien que le village de Sainte-Famille soit inscrit sur la liste de l’Association des plus beaux villages du Québec. Trônant au cœur du village, l’église de Sainte-Famille, datant de 1743, facilement reconnaissable grâce à ses trois clochers et son toit rouge, constitue un trésor patrimonial. On retrouve dans ce village la plus grande concentration de maisons de pierre du Régime français. 

La Maison de nos Aïeux

Sise dans l’ancien presbytère de la paroisse, la Maison des Aïeux renferme des trésors, dont une extraordinaire maquette de l’île qui permet de voir la richesse de son relief et sa géographie.  

Aujourd’hui musée, elle accueille de nombreux visiteurs s’intéressant à l’histoire de l’île ainsi que des curieux désireux de retracer le parcours des quelques 300 familles fondatrices. Le parc des Ancêtres qui l’entoure offre un panorama superbe sur la Côte-de-Beaupré. Dès les beaux jours, on aime venir y pique-niquer.

Gérée par la fondation Lamy, nous vous recommandons pour soutenir la Maison de nos Aïeux de faire un don en achetant ses jolis savons fabriqués par Lavande & Bulles et créés par deux sœurs de Sainte-Famille.

La microbrasserie de l’Île  

Le défunt Pub du Mitan de Sainte-Famille, s’est refait une beauté. Fraichement rénové, nous avons fait une pause lunch à la Microbrasserie de l’Île pour y goûter, en mode dégustation, quelques variétés de leurs bières artisanales brassées directement sur place, tout en savourant quelques plats du menu Bistro. Vous y boirez de très bonnes bières du cru ! La terrasse sera sans doute bondée dès les premières chaleurs avec la vue splendide qu’elle offre sur le fleuve.

À Saint-François de l’Île-d ‘Orléans

La Maison Drouin 

Construite en 1734 et donc pratiquement trois fois centenaires, en outre classée immeuble patrimonial, la Maison Drouin, située à Saint-François mais fermée quand nous y sommes passés, est sans aucun doute un arrêt obligé. Nous nous promettons de venir la visiter en juin pour y découvrir son aménagement intérieur évoquant le mode de vie d’une famille d’agriculteurs des 18e et 19e siècles. Un site encore authentique et unique, à peine retouché.

Les fromages de l’Isle d’Orléans

Voisine de la Maison Drouin, la fromagerie « Les fromages de l’Isle d’Orléans » fera le bonheur des amoureux de produits laitiers. On y retrouve le fameux fromage à griller, Le Paillasson, dont la recette, toujours tenue secrète, serait celle du premier fromage fabriqué en Amérique. Une fois de plus, il s’agit ici d’une histoire de passion. L’ancien propriétaire, Jocelyn Labbé, dont la fille a maintenant repris le flambeau, a sauvé la fromagerie à la suite de l’appel au secours de M. Aubin, le dernier maître-fromager de l’île dans les années 60. Après des années de préparation et d’ingéniosité pour surmonter de nombreux obstacles, la fromagerie voit à nouveau le jour le 1er juillet 2004. Aujourd’hui, une belle histoire de famille se poursuit dans la fromagerie. Notre coup de cœur : la Faisselle, un fromage frais dont la texture est à mi-chemin entre le yogourt et le ricotta. Essayez-le avec le sirop de pommes de la Cidrerie Verger Bilodeau ou avec du sirop d’érable. Un vrai péché mignon !

À Saint-Jean de l’Île-d ‘Orléans

C’est une chasse au trésor, un parcours culturel que nous nous sommes offert sur la côte sud de l’île. Saint-Jean présente, outre sa superbe église, son enfilade de maisons colorées et son quai offrant une vue exceptionnelle sur le fleuve, quarante-cinq panneaux d’interprétation sur les paysages et l’histoire du village. Ces panneaux sont parsemés dans le village et font de votre promenade un vrai circuit patrimonial qui regorge d’anecdotes toutes plus intéressantes les unes que les autres. On y apprend notamment qu’au sous-sol de l’ancien presbytère, le curé de la paroisse avait fait construire deux allées de quilles pour permettre aux insulaires de s’amuser.

Saint-Laurent de l’Île-d ‘Orléans

Nous avons manqué de temps pour t’explorer mais nous reviendrons bientôt pour te découvrir toi aussi.

Chocolaterie de l’Île-d ‘Orléans

Pour boucler la boucle en beauté, de retour à Sainte-Pétronille, nous nous sommes accordés sans difficulté, une pause sucrée glacée. En effet, voici une adresse incontournable pour les amoureux de chocolat et de crème glacée : La chocolaterie de l’Île d’Orléans dont les produits sont faits à la main à partir de chocolat belge sans additifs. On observe souvent une file à l’entrée, mais l’attente en vaut la peine pour déguster de délicieux chocolats et de savoureuses crèmes glacées, entre autre la légendaire crème glacée molle enrobée de chocolat. Un plaisir pour les papilles et un goût de revenez-y !

Alors, le bonheur est à portée de main, à quelques minutes de Québec dans notre belle région de la Capitale-Nationale ! L’île d’Orléans est un endroit magique et inspirant. Grâce à ses paysages, au fleuve omniprésent, à ses vieilles maisons colorées, ses artisans, son riche terroir et ses délices locaux, l’impression d’être transporté à des milliers de kilomètres de la ville nous habite. Les pittoresques villages ancrés dans la tradition et le patrimoine bâti remontant à la Nouvelle-France nous font revivre notre histoire au temps présent. L’île d’Orléans est une destination incontournable pour les gourmets du terroir et les gourmands de culture !

Pour en découvrir encore plus, n’hésitez pas à consulter les sites de : Tourisme Île d’Orléans ou de l’Office du Tourisme de Québec

Cet article contient des liens d’affiliation vers certains produits offerts.

2 commentaires sur “L’Île d’Orléans, petits trésors, bonnes adresses !

Répondre à Deux Québécois autour du monde Annuler la réponse.